Melody, actrice le jour, drag-king la nuit | Offre Exclusive -50% !




AFP, publié le jeudi 15 août 2019 à 18h35.

Mélodie Rousseau, 33 ans, est actrice de profession. La nuit, ce Canadien se maquille comme un homme et devient Rock Beer, un "drag-king" qui se déroule dans les cabarets de Montréal. Une approche artistique mais aussi "politique" pour ces femmes qui tentent de sortir de l’ombre des drag-queens.

Deux heures et demie avant de monter sur scène pour chanter les chansons du rocker québécois Eric Lapointe, Mélodie commence à se préparer dans son dressing.

Sur son visage mince, dessinez avec soin les caractéristiques de son personnage avec un pinceau. "Nous effaçons la fille pour faire de la place à ce mâle viril", interprète-t-il.

Peu à peu, elle efface ses lignes féminines, creuse ses cernes, amplifie ses sourcils et durcit sa mâchoire. Ensuite, la jeune et petite femme lui attache les seins, dessine des abdominaux prononcés sur son ventre, pose de faux cheveux sur sa poitrine et son menton.

Selon Charli Deville, dans une niche de drag-reens à prédominance masculine, popularisée par une émission télévisée célèbre aux États-Unis, les drag-rings ordinaires ont encore les doigts d'une main dans la métropole du Québec. , vétéran canadien drag-king.

Selon lui, quatre drag-kings sont régulièrement programmés dans des cabarets à Montréal, contre environ 80 drag-queen.

Mélodie Rousseau fait partie de ces rares "rois" qui ont franchi le pas. Elle dirigeait déjà un café, une carrière d'actrice et sa propre compagnie de théâtre, avant de laisser Rock Beer entrer dans sa vie l'année dernière.

Au début, elle ne voulait pas le faire, mais sa petite amie l'a "forcée", rit.

"Bien sûr, il y a un côté plus politique, car une fille va jouer le rôle de l'homme", selon l'actrice. "Il y a un danger qu'une femme ose utiliser le physique sexuel dominant."

Selon David Risse, directeur du Centre de recherche et d'activités culturelles et communautaires pour la diversité à Montréal, la pratique du drag-king est "une déclaration", c'est une "autonomisation" (émancipation).

Les drag-kings, dit-il, "revendiquent un sexe … et font ce qu'elles veulent".

Mélodie a choisi son créneau: "Je vais vraiment critiquer ou parodier l'homme."

À l’heure d’un duo en reproduction, Rock Beer partage la scène avec les chaussures drag-queen Crystal Slippers. Le rock est collant, coquin, voire pathétique dans son approche de Crystal qui le tient éloigné et fait rire le public.

– Un monde de reines –

Mélodie admet qu'il a dû surmonter ses propres peurs en entrant dans le monde des "drags". La fillette de trente ans craignait le procès du public, de ses proches, mais aussi "d'être une fille au milieu des hommes".

En fait, les scènes de "drag", souvent des cabarets homosexuels, sont généralement des lieux dominés par la présence de drag-reines, c’est-à-dire des hommes classiques habillés en femmes.

Les drag-kings et leurs émissions qui montrent parfois des hommes fragiles ou peu sûrs peuvent vous déranger dans un club gay, explique le sociologue David Risse.

"Je pense que lorsque nous jouons avec la masculinité, nous le faisons toujours avec des pincettes. Ensuite, nous voyons des dessins animés de drag-queens qui peuvent tout payer", explique Risse.

Cependant, les mentalités évoluent peu à peu, Rita Baga, protagoniste du célèbre Cabaret Mado au Village (quartier gay de Montréal).

"C'est un environnement de plus en plus inclusif", dit-elle.

– Sortez de l'ombre –

Peu à peu, les drag-kings gagnent une place dans les scènes de la communauté LGBT. Ce sera le cas, par exemple, au Festival de la fierté de Montréal (8-18 août), qui leur sera consacré pour la première fois dans leur programmation officielle, ManSpread.

"À ma connaissance, il s'agit du premier et du plus important spectacle de drag-king de Pride Montreal", a déclaré Charli Deville, le drag-king anglophone de Montréal, qui présente le spectacle ManSpread présenté tous les mois dans un cabaret. Montreal burlesque. .

Melodie "Rock Beer" participera à ce spectacle, prévu pour le 16 août.

"Pour rendre cet homme plus masculin, il semble me donner confiance dans mon quotidien de femme", explique Mélodie. Son personnage l'aide même à assumer "dans toute ma féminité et qui je suis", dit-elle.

Melody, actrice le jour, drag-king la nuit | Offre Exclusive -50% !
4.8 (96%) 77 votes
 

Laisser un commentaire